Les citajours de Syldia

Citations imagées, chroniques de livre...

livre mamy grand
Un clic sur la photo pour accéder au site

20 février 2006

Le coeur bandé.

img_0271

Ignorer ne guérit pas.
Syl

Posté par Syl69 à 08:42 - Souffrance - Commentaires [8] - Permalien [#]

Commentaires

  • et je pense qu'on ne peut pas ignorer éternellement.

    Posté par phil, 20 février 2006 à 10:17
  • Non, tu as raison, on ne peut pas.

    Posté par Syl, 20 février 2006 à 10:17
  • D'accord avec vous deux, enjamber sa douleur n'est pas une bonne chose, à mon avis. Refouler, ignorer une souffrance n'est que reculer pour mieux sauter.

    Posté par Pralinette, 20 février 2006 à 18:30
  • Il ne faut pas l'ignorer mais passer outre et l'oublier. La pire des choses est de s'y arrêter et de s’y complaire.

    Posté par Asterie, 20 février 2006 à 19:00
  • D'accord avec toi Asterie, s'arrêter sur la souffrance et s'y complaire, c'est effectivement la pire des choses. Je mets juste un bémol à ce que tu dis : "passer outre". Je ne pense pas qu'il faille passer outre, la souffrance il faut la vivre (elle fait partie de la vie) pour lui "tordre le cou" ; c'est comme de faire son deuil. Enfin c'est comme ça que je le ressens.

    Posté par Pralinette, 20 février 2006 à 19:46
  • >Pralinette: Je suis assez d'acord avec toi, il ne faut pas passer outre, sinon cela reviendrait à la taire, il faut savoir faire ce deuil, c'est une phase aussi délicate que nécessaire, et c'est valable pour n'importe quel deuil.

    Posté par Dia, 20 février 2006 à 20:45
  • Je ne sais pas pourquoi, mais cette fois-ci je me sens concerné par beaucoup des mots et par la photo. Comme quoi... Bonne nuit pour vous.

    Posté par lechantdupain, 21 février 2006 à 00:10
  • Et si

    donner cette autre couleur à la souffrance signifiait simplement tirer l'enseignement, le positif de ce qui fait souffrir. On ne peut éviter de souffrir, mais au moins les eppreuves nous font-elles évoluer aussi. On apprend pas grand chose dans la facilité

    Posté par hyène, 21 février 2006 à 00:17

Poster un commentaire