Les citajours de Syldia

Citations imagées, chroniques de livre...

livre mamy grand
Un clic sur la photo pour accéder au site

24 novembre 2005

Mal-concerné

smlk1Ce qui m'effraie, ce n'est pas l'oppression des méchants;
C'est l'indifférence des bons.

M.Luther King

Syl

Photo Pierre Pallez

Il y avait les mal-voyants, les mal-entendants;  il y a aussi beaucoup de mal-concernés

Posté par Syl69 à 09:15 - Paradoxe - Commentaires [14] - Permalien [#]

Commentaires

  • C'est que lutter contre les méchants requiert une grande énergie, beaucoup d'endurance et autant d'optimisme

    Posté par hyène, 24 novembre 2005 à 09:38
  • Hyène, c'est vrai mais tout reste possible. Il suffit de se souvenir du déclencheur du mouvement mené par MLK : une femme qui a osé dire non je suis noire mais je reste assise, je ne cède pas ma place à un blanc...
    La plupart des grands changements humains a débuté par une action humaine, action d'un "petit"... tout peut arriver si on y croit et si on ne détourne pas le regard

    Posté par Syl, 24 novembre 2005 à 09:45
  • Bon!

    Je prends note des propos de mon ami M.Luther King.
    Merci, et bonne journée!

    Posté par Shakti, 24 novembre 2005 à 11:02
  • Absolument! C'est,à mon avis,ce qui perturbe le plus.

    Pour "gueuler", y a du monde,
    mais quand il sagit d'aller au front, là!!!...

    Posté par carpofolo, 24 novembre 2005 à 13:42
  • l'indifférence est une maladie, la passivité un cancer....
    bises

    Posté par littlesun, 24 novembre 2005 à 13:52
  • L'indifférence c'est la manifestation de l'égoïsme ou au mieux le résultat d'un certain sentiment d'impuissance.

    Posté par Asterie, 24 novembre 2005 à 14:30
  • Martin Luther King est un grand homme qui dit de grande phrase. Phrase qui se vérifie tous les jours et à toutes les époques.

    Posté par chipotin, 24 novembre 2005 à 15:54
  • il y a aussi que trop c'est trop. Alors se sentir concerné toujours, par tout ?

    Posté par phil, 24 novembre 2005 à 18:00
  • Syl, tu nous rappelles, par la voix de Martin, que le temps passe, les oppressions changent (mais pas toujours), et que le mal-concernement, lui, reste immuablement stagnant.

    Posté par Mouette, 24 novembre 2005 à 18:54
  • >Shakti : Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage

    >Carpofolo : C'est la règle des Yaka

    >Littelsun : .... bises

    >Astérie : Indifférence et impuissance : même combat ??? Je ne pense pas c'est un peu facile non ?

    >chipotin : Le problème, c'est qu'on aimerait que ça se "démode"...un peu comme les restau du coeur...cad qu'on en ait plus besoin; mais c'est pas gagné !

    >Phil: Je sais à quoi tu penses; ma boite aux lettres est inondé en ce moment.
    Mais je ne pense pas à ça quand je lis cette phrase : C'est plus le fait qu'on s'habitue à voir des journalistes emprisonnés pour délit d'info, qu'on s'habitue à voir des gens qui tendent la main dans la rue, qu'on se blase à l'écoute des infos...comme si ça faisait partie de la vie. Et qu'on se donne ainsi bonne conscience. Il y a toujours qq chose à faire, à notre niveau, du moins je le crois. Je ne veux pas révolutionner le monde; mais si mon grain de sable aide une seule personne; et bien c'est mieux que zéro.

    >Mouette : Oui, c'est exactement ce que je viens de répondre à Chipotin; c'est cela qui me fait mal.

    Posté par Syl, 24 novembre 2005 à 19:44
  • C'est tellement plus facile de tourner la tête et regarder ailleurs....

    Posté par Djyandbi, 24 novembre 2005 à 19:53
  • >Djyandbi : ça, oui ....

    Posté par Syl, 24 novembre 2005 à 21:22
  • C'est décidé:demain,je me révolte!

    (Je la connaissais pas celle-là,de Luther King)

    Posté par Pancho, 24 novembre 2005 à 23:21
  • Pancho : "Sire, une révolte ? NON. Une révolution !"
    Une révolte est un peu un feu de paille.

    Posté par Syl, 25 novembre 2005 à 08:17

Poster un commentaire