Les citajours de Syldia

Citations imagées, chroniques de livre...

03 mai 2005

Levez les pieds!

Le temps qui vole souvent comme un oiseau se traîne d'autres fois comme une tortue ; mais il ne semble jamais plus agréable que lorsque l'on ne sait s'il va vite ou lentement.Ivan Tourgueniev "Le passage" de Sayasack Et si aujourd'hui vous preniez  par exemple le temps de regarder un oiseau voler, ou tout simplement prendre le temps de prendre votre temps... Excellente journée! DIA
Posté par Syl69 à 08:26 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

25 avril 2005

ZZZZZZZ....

Je l'espère en tout cas... Je vous laisse répondre à Syl pour le Quizz 3, merci.Dia
Posté par Syl69 à 14:15 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
08 avril 2005

Tout droit?

Partir, c'est mourir un peu. Poursuivre le voyage, c'est peut-être ressusciter. Le vrai voyageur, c'est celui qui jamais ne tente de revenir en arrière. Jacques Renaud     La vie nous emmène parfois vers d'autres horizons... DIA J. Renaud fait sûrement référence au poème de E. Haraucourt que ma grand mère me récitait très souvent. Peut-être trouvait-elle que je partais un peu trop souvent et beaucoup trop loin... Syl. ... [Lire la suite]
Posté par Syl69 à 09:30 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
04 avril 2005

Cache-cache nocturne

Les souvenirs du passé s'effacent, comme la lune disparaît derrière de sombres nuages. Zhang XianliangC'est une citation tirée de son roman "Mimosa", mais je trouve que la couverture de son roman "Qingchun Qi" correspond mieux. DIA
Posté par Syl69 à 09:37 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
15 mars 2005

Privilège féminin

Seules les femmes, les mères, savent ce qu'est le verbe attendre.Erri De Luca                                                     "La femme au miroir" Miro
Posté par Syl69 à 10:06 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
12 mars 2005

Regarder son père ......

... en face, c'est cela devenir un homme". "Chacun de nous a un jour, plus ou moins triste, plus ou moins lointain, où il doit enfin accepter d'être un homme." J. Anouilh Et pour en finir avec le sujet, une belle chanson de femme : "J'aurais voulu te parler de tout ce qui fait ma vieEt des chemins de traverse que j'ai pris,Des bonheurs et des blessures qui jalonnent mes annéesje n'suis pas tout à fait sûre de pouvoir les raconter.Ma mère aux yeux lointains, quand j'étais petite fille,Entre... [Lire la suite]
Posté par Syl69 à 10:37 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

02 mars 2005

Jeu de Mémoire

Quand la mémoire va chercher du bois mort, elle ramène le fagot qui lui plaît   B. Diop                                                        Acryliques de Camille LY que je remercie N'est ce pas la meilleure chose à faire ? Ne garder en mémoire que les... [Lire la suite]
Posté par Syl69 à 08:14 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
07 février 2005

Le temps d'un soupir.

« Le temps d'un soupir », écrit par la femme de Gérard Philipe, est un superbe livre, plein de tendresse, une méditation sur l'amour et la mort ou comment essayer d'accepter l'inacceptable. Juste un extrait, car c'est le livre dans son intégralité qu'il faut lire pour comprendre le cheminement qui fut le sien, et en saisir toute la force. « La douceur de l'air me fait rêver, à ce qui fut et à ce qui serait si tu étais là.  Je sais que cette rêverie n'est qu'une inaptitude à vivre le présent. Je... [Lire la suite]
Posté par Syl69 à 09:42 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
03 février 2005

Océan mer

"S'il y a, dans le monde, un endroit où tu peux penser que tu n'es rien, cet endroit, c'est ici. Ce n'est plus la terre, et ce n'est pas encore la mer. Ce n'est pas une vie fausse, et ce n'est pas une vie vraie. C'est du temps. Du temps qui passe. Rien d'autre. " Alessandro Baricco         N
Posté par Syl69 à 09:57 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
01 février 2005

L'horloge

Horloge! dieu sinistre, effrayant, impassibleDont le doigt nous menace et nous dit "Souviens-toi!Les vibrantes Douleurs dans ton cœur plein d'effroiSe planteront bientôt comme dans une cible;"Le Plaisir vaporeux fuira vers l'horizonAinsi qu'une sylphide au fond de sa coulisse;Chaque instant te dévore un morceau du déliceA chaque homme accordé pour toute sa saison."Trois mille six cent fois par heure, la SecondeChuchote : Souviens-toi! - Rapide, avec sa voixD'insecte, Maintenant dit : Je suis Autrefois,Et j'ai pompé ta vie avec ma... [Lire la suite]
Posté par Syl69 à 13:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]