Les citajours de Syldia

Citations imagées, chroniques de livre...

livre mamy grand
Un clic sur la photo pour accéder au site

Commentaires

    Je ressens un petit brin de nostalgie dans ces mots là, signe du bonheur passé.
    Espérons de ne pas être des exilés de l’avenir !

    Posté par fadeto, 02 mai 2008 à 15:32
  • Je ressens un petit brin de nostalgie dans ces mots là, signe du bonheur passé.
    Espérons de ne pas être des exilés de l’avenir !

    Posté par fadeto, 02 mai 2008 à 15:32
  • Cette citation m'émeut beaucoup... et sur une telle photo en plus. Je me sens nostalgique tout d'un coup.

    Posté par Pralinette, 02 mai 2008 à 18:36
  • FADETO : *non Syl, pas d'allusions à ta note précédente pour répondre à Fadeto non. Pan, pan, un coup de règle sur les doigts*

    FADETO : De la nostalgie oui, mais j'y lis surtout un déracinement perpétuel. Mais la vie n'est-elle pas une succession d'enracinement et de déracinement depuis notre naissance (comme il le dit : de la mère, de lieux, de l'enfance, d'amitiés... )

    PRALINETTE : Cette ciation me touche aussi beaucoup , je la "ressens" très fortement...Et puis, accolée à cette photo, ce n'est pas innocent

    Posté par Syl69, 02 mai 2008 à 19:59
  • J’ai cette impression de ne pas avoir de racine, comme si j’avais été amputé, et de seulement passer en aimant des lieux, des gens, des instants, mais simplement passer.
    Ne serait ce pas une défense contre l’exil?

    Posté par fadeto, 02 mai 2008 à 21:48
  • Moi aussi, cette citation me touche. Elle résonne d'une façon particulière en fonction de son auteur, bien sûr. Mais je dirais aussi qu'elle me va comme un gant.

    Posté par phil, 04 mai 2008 à 17:01
  • PHIL : Alors, on fait la paire !

    FADETO : Une défense ? Peut-être... Mais qui au final se révèle être une réalité : Nous sommes tous de passage comme chantait Graeme Allwright :
    "De passage, de passage
    Triste, heureux voyage,
    Dans ce monde en rage,
    Dis-toi bien, je suis seulement de passage."

    Posté par Syl69, 04 mai 2008 à 20:49

Poster un commentaire