Les citajours de Syldia

Citations imagées, chroniques de livre...

livre mamy grand
Un clic sur la photo pour accéder au site

Commentaires

  • Le bonheur tien à peu de chose, parfois on l'approche, quelques fois on le touche du bout des doigts, rarement on l'atrape, mais il faut si peu de chose pour que ce sentiment s'effronde et se rapproche du malheur.

    Ces deux sentiments séparés par un fil si fin que l'un et l'autre arrivent à se confondent et l'on passe de l'un à l'autre sans forcément comprendre pourquoi.

    Tdx

    Posté par Toudoux, 11 janvier 2008 à 12:33
  • Eh oui !
    Nos chères sociétés de consommation font de l'avoir un bien plus précieux que l'être.
    Même avoir l'air d'être est souvent plus recherché qu'être.
    Montrons ce que nous avons et cachons ce que nous sommes. Et faisons croire avec ce que nous avons ce que nous aurions aimé être, qu'on le soit ou pas.
    L'être est si bien caché et l'avoir si visible.

    La pub, elle, ne donne le mirage qu'en ayant nous serons. Celui qui a, donc celui qui paie.

    Même nos enfants que nous chérissons, nous les chérissons par des cadeaux, pour qu'ils les aient, pour qu'ils rentrent dans le système. Cà devient une deuxième nature.

    Même le père Noël ne fait miroiter que de l'avoir.
    .

    Brrrrr. J'vais prendre l'apéro, tiens, je serais en meilleure forme .

    Posté par Thierry, 11 janvier 2008 à 12:39
  • Que dire après ces deux commentaires… sinon que le père noël ne fait miroiter à nos enfant que le l’avoir alors qu’ils lui envoient une lettre…
    Bon je vais trinquer à la santé de Thierry !

    Posté par fadeto, 11 janvier 2008 à 14:42
  • Etre

    ne pas paraitre, et un peu d'avoir mais un peu.
    Allez, je trinque avec vous.

    Posté par michèle, 11 janvier 2008 à 18:26
  • tout à fait vrai, cette phrase. Le bonheur est un sentiment. Ce que nous avons n'a en effet rien à voir avec ce sentiment. Par contre ce que nous sommes est parfois influencé, non ? Mais on réagit aux coups dûrs différement selon notre propension au bonheur, ou à l'optimisme.

    Posté par phil, 12 janvier 2008 à 12:07
  • TOUDOUX : Ce que tu dis est vrai; on passe quelquefois de l'un à l'autre sans trop comprendre pourquoi

    THIERRY : Alors, l'apéro a été efficace ?
    Et puis, le père Noel, il peut apporter une occasion de se retrouver, sans obligatoirement avoir un paquet autre que sa présence dans les bras, non ?

    FADETO : Apéro général alors !

    MICHELE : Bon, j'ouvre une deuxième bouteille alors, vu le nombre !

    PHIL : On réagit en fonction de notre propension au bonheur....c'est tellement vrai

    Posté par Syl, 14 janvier 2008 à 16:04

Poster un commentaire