Les citajours de Syldia

Citations imagées, chroniques de livre...

livre mamy grand
Un clic sur la photo pour accéder au site

30 août 2006

Bruits nocturnes

Pour le troisième soir consécutif, l'orage gronde dehors. Exit le feu d'artifice du 14 juillet.
Dernier du Nom se tortille, traîne dans la cuisine.
"Allez, monte dans ta chambre !"
Mais il dit attendre son frère qui se lave les dents.
"Il te rejoindra quand il aura fini, allez monte !"
Dernier du Nom va vers les escaliers, hésite, puis revient au milieu de la pièce en se dandinant. Il traîne tant et plus, si bien, que son frère est enfin prêt. Ils montent sous les toits, le plus jeune galopant sur les talons de l'aîné. Nous suivons leur progression aux bruits de leurs pas qui résonnent sur les marches en bois.
Le silence marque leur arrivée dans leur logis nocturne.
Mais cela ne dure pas.  Peu de temps après, Dernier du Nom réapparaît dans la pièce. Il vient récupérer sa pochette à dessin qu'il a oubliée sur la table. Un dernier bisou et il repart, son matériel sous le bras . Arrivé au pied de l' escalier, il s'arrête,  se tortillant à nouveau.
"Qu'est ce qu'il y a ? "
"Rien" dit-il, continuant sa valse-hésitation.
"Monte alors !"
Pas d'échappatoire cette fois-ci, pas de frère à attendre. Alors il se jette à l'eau :
"Euh, je n'aime pas monter seul, il y a plein de bruits partout. En plus il fait nuit et il y a de l'orage...."
Voilà donc la raison de ses hésitations !
Son père l'accompagne jusqu'au deuxième étage, ou plutôt le suit dans son ascension au pas de course...On ne sait jamais !
Et moi je souris en pensant à toutes mes peurs d' enfant. Je n'osais pas aller seule dans la salle d'eau, sa lucarne se peuplant de visages menaçants dès la nuit tombée.  Je traînais aussi la patte pour aller à l'étage, la porte d'entrée vitrée s'ouvrant sur la noirceur suspecte du soir. Et je ne parle pas de la fenêtre de la cuisine qui voyait défiler des ombres mouvantes, ni du parquet des étages qui craquait sous d'hypothétiques pas inconnus.
Syl

Posté par Syl69 à 09:14 - Textes - Commentaires [7] - Permalien [#]

Commentaires

  • Le pauvre... Je le comprends bien. Moi-même suis une vraie de vraie froussarde et j'ai des souvenirs d'enfance assez cuisants. Même maintenant quand je vais chez mes parents, je détourne toujours la tête quand je passe devant la porte d'entrée dont le grand carreau du milieu est en verre transparent ! Et j'enlève la clé de la serrure la nuit et... etc )
    (j'y vais ce ouikend d'ailleurs)

    Posté par Pralinette, 30 août 2006 à 11:35
  • Euh Pralie, je ne me moque pas car qqfois le souvenir de ces peurs est très très présent !

    Posté par Syl, 30 août 2006 à 17:38
  • Oui j'ai bien compris comme ça, je n'ai pas vu de trace de moquerie dans ton billet.
    Je te poste les cartes demain, car d'ici que l'on se voit je les aurai bien fourguées dans un coin...

    Posté par Pralinette, 30 août 2006 à 18:11
  • Pralie : Dis, on va bien arriver à se voir quand même ! En plus, j'ai de côté des mags pour tes petits !

    Posté par Syl, 30 août 2006 à 20:39
  • moi j'avais le diable qui logeait sous mon lit

    Posté par phil, 30 août 2006 à 21:15
  • Oui, je peux "monter" un lundi ou un mardi, quand ça t'arrange... et puis vous, dès que vous pouvez ! je te mets un mot dans l'enveloppe

    Posté par Pralinette, 30 août 2006 à 21:24
  • Phil : C'ets mieux qu'un culé non ?
    PDLLLLLLLLLL

    Pralie : Ben si tu veux lundi prochain tu peux viendre manger, on fêtera le dernier jour de vacances de Rome !

    Posté par Syl, 30 août 2006 à 22:23

Poster un commentaire