Les citajours de Syldia

Citations imagées, chroniques de livre...

livre mamy grand
Un clic sur la photo pour accéder au site

20 juin 2006

A toutes celles qui...

vif
Photo de Nasirkhan

J'y retrouve la même sensation qu'à l'écoute de
"Je suis de celles..."  de Bénabar.
Surprenante symbiose parfaite entre l'auteur et  son "personnage"

DIA

Posté par Ndya à 08:37 - Poèmes / Chansons - Commentaires [6] - Permalien [#]

Commentaires

  • Dur dur !!!

    Se lever , ouvrir son ordi , foncer en premier , comme d'hab , sur le blog de Syldia ... et tomber sur un tel texte ...
    Quand on ne va pas trés bien , ce sont des petites larmes qui pointent le bout de leur nez ... Mais merci quand même , c'est un texte magnifique que je n'avais jamais lu !
    Bonne journée et bisous .

    Posté par Pascale, 20 juin 2006 à 09:21
  • Souvent, je trouve, le thème de l'amour est abordé trop facilement ; ici il se distingue entre les lignes...

    Posté par CyL, 20 juin 2006 à 09:22
  • En effet ce texte est dur, très dur. Les mots sont percutants, même piquants. Je les ai d'autant plus apprécié qu'il vienne de la plume d'un homme qui a su écrire et décrire ce qu'il a perçu, ressenti...
    Oui Cyl il y a de l'amour inséré entre ces lignes, mais aussi de la reconnaissance et du respect envers justement ce genre de "vie de femme".

    >Pascale: Ce soir je te mettrai qqch d'apaisant

    Posté par Dia, 20 juin 2006 à 09:41
  • Rebelle

    je ne m'y reconnais pas mais je vois autour de moi cette réalité pour beaucoup de femmes , c'est au quotidien qu'il faut gagner à être FEMME et ce n'est pas de tout repos mais le jeu en vaut la chandellepour vivre debout.

    Posté par Michèle, 20 juin 2006 à 12:51
  • >Michèle: Ta dernière partie de phrase me rappelle une chanson de M Lavoine qui dit "Elle tient debout, depuis que tu l'as renversée. Ma vie, je commence à l'aimer"...parlant de sa vie depuis qu'il est tombé aoureux

    Posté par Dia, 20 juin 2006 à 13:24
  • Romain Didier est venu en concert dans notre village début mars, un samedi où nous étions enfouis sous la neige. Il a chanté pour seulement une cinquantaine de personnes, et c'était merveilleux.

    Posté par phil, 20 juin 2006 à 17:37

Poster un commentaire