Les citajours de Syldia

Citations imagées, chroniques de livre...

12 janvier 2006

Sous la coquille...

nx
DIA

Suite aux différents commentaires j'ajoute ici l'un des miens...
Quand j'ai lu cette phrase j'ai vu une image, deux personnes l'une en face de l'autre qui se parlent et l'une d'entre elles qui mue et sous cette "carapace" qui tombe une autre personne avec le même visage mais plus doux, plus serein.
J'ai compris cette citation comme "il faut voir ce qui est en l'autre, son soi intérieur".
D'instinct nous nous comportons de manière différente avec une personne qui croise par exemple les bras et qui n'a pas le sourire qu'avec une personne qui a les bras qui s'entortillent et qui regarde ses chaussures, qu'avec une autre qui a le sourire et les bras le long du corps, de même qu'avec une personne qui nous parle avec un ton agressif et une autre doucement, mais la façon dont se comporte la personne qui est en face de nous ne reflète peut-être que "l'instant T", elle sera peut-être différente dans 5,10,15 minutes...
C'est comme cela en tout cas que j'ai compris cette phrase.

Posté par Syl69 à 09:27 - Etre et apparence - Commentaires [19] - Permalien [#]

Commentaires sur Sous la coquille...

  • Non merci.

    Posté par Syl, 12 janvier 2006 à 09:39 | | Répondre
  • "Décortiqués" aurait été mieux approprié.
    Une noix a besoin d'être ouverte pour se dévoiler, pour voir la nature profonde de l'Homme il faut regarder sous certaines carapaces...

    Posté par Dia, 12 janvier 2006 à 09:45 | | Répondre
  • Non merci. Ni brisée, ni décortiquée. Je trouve ça trop intrusif et peu délicat
    De la douceur avant toute chose !

    Posté par Syl, 12 janvier 2006 à 09:48 | | Répondre
  • "Effeuillée"?

    Posté par Dia, 12 janvier 2006 à 10:52 | | Répondre
  • N'aime pas trop cette idée d'être brisé pour être découvert... en général, quand on est brisé, on est plus réellement nous-même donc difficile à découvrir...

    Posté par diabolo_coco, 12 janvier 2006 à 11:34 | | Répondre
  • Ouais, ben moi, quand je suis décortiqué, brisé, cassé ou victime d'un quelconque outrage à mon intégrité, je suis d'humeur plutôt mauvaise, voire carrément pénible, pour ne pas dire insupportable ou totalement invivable.
    Alors, siouplé, rendez moi ma coquille, elle fait partie de moi aussi.
    Merci.

    Posté par Thierry, 12 janvier 2006 à 12:00 | | Répondre
  • Mais lorsque la vie est brisée, on lui découvre sa vraie valeur? Sa vraie nature?

    Posté par ARNo, 12 janvier 2006 à 12:05 | | Répondre
  • Non Merci ... je n'ai pas envié d'être brisé ...

    Mais c'est une citation de Khalil Gibran ... il vaut prendre le temps de laisser percoller cette pharse.

    La coque de la noix est une véritable carapace qui empêche l'accès au contenu, à ce qui est bon. Cette caracpace doit donc être brisée. Il faut briser ce qui nous enferme afin de vivre vraiment.
    Cela peut être douleureux, mais c'est le prix à payer pour nous libérer des caracpaces afin d'être vraiment découvert, d'être libre.

    Il ne faut pas écraser la noix, intérieur y compris, il faut juste briser sa coque pour accéder au bon contenu. C'est une libération.

    J'ai une petite faim, je vais m'offrir quelques noix ...

    Posté par Ciske, 12 janvier 2006 à 12:35 | | Répondre
  • Peut être est-ce un problème de traduction ? Je trouve que Khalil Gibran a le plus souvent des mots très justes et plein de sagesse, mais dans cette citation c’est le mot ‘devons qui me pose problème.
    Briser la carapace nous met à nu mais il y a d’autres moyens plus pacifique pour abaisser les barrières que l’on peut dresser autour de soi pour se protéger.

    Posté par Asterie, 12 janvier 2006 à 13:34 | | Répondre
  • briser la coque
    du toc
    sans Foi
    et cerneau vie
    à la noix, Yé!!

    Posté par carpofolo, 12 janvier 2006 à 15:39 | | Répondre
  • Astérie doit avoir raison...sûrement un pb de traduction...
    Quand j'ai lu cette phrase j'ai vu une image, deux personnes l'une en face de l'autre qui se parle et l'une d'entre elles qui mue et sous cette "carapace" qui tombe une autre personne avec le même visage mais plus doux, plus serein.
    J'ai compris cette citation comme "il faut voir ce qui est en l'autre, son soi intérieur".
    D'instinct nous nous comportons de manière différente avec une personne qui croise par exemple les bras et qui n'a pas le sourire qu'avec une personne qui a les bras qui s'entortillent et qui regarde ses chaussures, qu'avec une autre qui a le sourire et les bras le loàng du corps, de même qu'avec une personne qui nous parle avec un ton agressif et une autre doucement, mais la façon de se comporte la personne qui est en face de nous ne reflète peut-être que "l'instant T", elle sera peut-être différente dans 5,10,15 minutes...
    C'est comme cela en tout cas que j'ai compris cette phrase.
    Et ce que dit CIske: "Il ne faut pas écraser la noix, intérieur y compris, il faut juste briser sa coque pour accéder au bon contenu." est très juste. d'où d'ailleurs mon titre: "sous la coquille"

    Posté par Dia, 12 janvier 2006 à 17:50 | | Répondre
  • Je crois que jamais plus je ne casserai une noix de la même façon qu'avant (comment ça chuis un peu brute ?)

    Posté par Pralinette, 12 janvier 2006 à 18:29 | | Répondre
  • dans ces conditions je ne sais pas si j'ai encore envie d'être découvert

    Posté par phil, 12 janvier 2006 à 18:44 | | Répondre
  • Dia, ton développemlent est précieux à lire. Les citations sont parfois très brutes (brutales), elles méritent tes mots à côté.

    Posté par Mouette, 12 janvier 2006 à 19:01 | | Répondre
  • Pour moi ce dont parle Khalil Gibran (NOUS) c'est l'ego (l'attachement à l'ego, la croyance que l'ego = nous)
    je pense qu'il faut briser cet attachement, je pense et je sais (personnellement) que c'est douloureux, cela me fait penser à une métaphore tirée de mon boulot, qqn qui est alcoolique se détruit, mais connaissant la souffrance dumanque cela TRES douloureux pour lui de détruire cet addiction !
    et je pense que les différentes réactions et commentaires montrent bien comment on (dont moi) a peur de briser cet attachement

    chaleureusement

    Posté par Lung Ta, 13 janvier 2006 à 07:19 | | Répondre
  • >Mouette: Pour une fois que je sors de ma coquille ....

    >Lung Ta : Nous avons ts un peu de mal à nous dévoiler...

    Posté par Dia, 13 janvier 2006 à 09:04 | | Répondre
  • LA LA ! JE LE RECONNAIS CET OBJET VERT !

    Posté par Lew, 13 janvier 2006 à 09:05 | | Répondre
  • >Lew: ) ne serait-ce point un certain glouphy? ,)

    Posté par Dia, 13 janvier 2006 à 09:08 | | Répondre
  • Lew

    et les miens de glouphy, tu les as perdus ? :'-(

    Posté par Syl, 13 janvier 2006 à 09:51 | | Répondre
Nouveau commentaire