Les citajours de Syldia

Citations imagées, chroniques de livre...

livre mamy grand
Un clic sur la photo pour accéder au site

17 décembre 2005

Pas de deux

sves
Toile  de Sophie LAMBERT

Dans un ballet, le "Pas de deux" est presque toujours le moment à la fois dramatique et lyrique où l'action se noue ou se dénoue, où le jeu de l'amour et de la mort, qui est à la base de toute dramaturgie, atteint son point culminant et nous achemine vers le dénouement.
Le "Pas de deux" est aussi la solution mathématique de deux corps qui ne font pas que se surajouter, mais décuplent leurs possibilités, linéaires, dynamiques, abstraites et techniques.
C'est la rencontre de deux polarités, l'homme et la femme bien sûr, mais aussi le père et le fils, l'être et son miroir, le double romantique cher aux grands poètes lyriques allemands. Deux forces enfin, Faust et Méphisto.
Un "Pas de deux", c'est la recherche de l'unité à travers la dualité, puissance qui nous pousse avec cette force somptueuse et inassouvie à devenir l'autre, son corps, sa chair, son âme qui veut retrouver l'Adam primitif, homme et femme, parfait androgyne avant qu'un Dieu, aux intentions encore inexpliquées, ne s'avise de lui soutirer une partie de sa chair pour créer la dualité.
Cette dualité qui nous est souffrance mais dont le poète sur sa lyre tire des accents sublimes et déchirants.
Un "Pas de deux", c'est peut-être le Paradis perdu
Maurice Béjart

Syl

Posté par Syl69 à 14:59 - Amour - Commentaires [3] - Permalien [#]

Commentaires

  • Ce soir, je vais danser, Syl. Je penserai à Béjart, et à toi, qui aime le vert, les vers, le verre de l'amitié....

    Posté par Mouette, 17 décembre 2005 à 18:01
  • Danse bien, amuse toi bien et bois ce verre de l'amitié en pensant à moi.
    Ce soir, je vais préparer un petit apéro et je trinquerais à distance !

    Posté par Syl, 17 décembre 2005 à 18:10
  • Le 'pas de deux' dans le ballet c'est le moment magique où deux ne font plus qu'un.
    Le Tango en est l'expression la plus sensuelle.

    Posté par Asterie, 17 décembre 2005 à 21:37

Poster un commentaire