Les citajours de Syldia

Citations imagées, chroniques de livre...


Commentaires sur Qui va piano...

  • IL y a longtemps que je n'ai plus envie de me presser.... la vie est trop courte.... j'ai envie de profiter de chauqe petite minute..
    bises en bon w-e

    Posté par littlesun, 18 juin 2005 à 09:10 | | Répondre
  • et dans l'autre sens on se casse la gu...

    Posté par phil, 18 juin 2005 à 09:13 | | Répondre
  • >Littlesun: Tu as bien raison, et parfois on voudrait bien que certaines petites minutes durent une éternité
    Bon w-e à toi aussi!

    Posté par Dia, 18 juin 2005 à 09:13 | | Répondre
  • Oh, que tu écris parfois pile là ça fait "mal"...je n'ai jamais su monter les marches une à une...Mon pas pressé (?) gravit deux à deux. Le seul avantage ? Désengorger les embouteillages dans les escaliers et aussi muscler les jambes ! Rapporter cette image à ma vie est hélas tout aussi simple. Je ne sais les choses que goûlument...

    Posté par mouette rieuse, 18 juin 2005 à 09:58 | | Répondre
  • >Phil: Tu as testé la machine à remonter le temps?

    >Mouette rieuse: Alors nous sommes quitte...sans avoir voulu l'être.

    Posté par Dia, 18 juin 2005 à 10:12 | | Répondre
  • Il est bon parfois de s'éssoufler un peu...

    Posté par modimo, 18 juin 2005 à 14:34 | | Répondre
  • Surtout qu'à la fin la chute est bien longue, les marches ne mènent qu'au tombeau....

    Posté par lechantdupain, 18 juin 2005 à 15:11 | | Répondre
  • >Chant du pain: Il faut les monter ces marches pas les descendre, crois-tu que vivre éternellement serait la solution?

    >Modimo: Ce que tu as écris me fait penser à une chanson de Marc Lavoine que j'ai déjà éditer: "Tu me suffiras", où il dit "Il est bon quelques fois de respirer à fond"...

    Posté par Dia, 18 juin 2005 à 15:32 | | Répondre
  • Dia

    La jeunesse est éternité, l'envolée est rapide. Puis viens la prise de conscience de la fragilité, la marche devient hésitante, la progression plus lente, des montées et des descentes et enfin arrive l'acceptation de la fatalité, la chute devient irréversible, agrémentée de soleils. Toutes les lumières accumulées dans ces éternités, brillent alors même dans les ténêbres. Pour le reste....

    Posté par lechantdupain, 18 juin 2005 à 17:20 | | Répondre
  • >Le chant du pain: Je ne sais pas si l'on peut parlé de chute, on régresse certes, j'espère juste que l'inclinaison ne sera pas trop sévère.
    Quant aux soleils, lumières, clartés...je préfère penser qu'il y a aura des "âmes aimées" qui viendront me chercher

    Posté par Dia, 18 juin 2005 à 17:26 | | Répondre
Nouveau commentaire