Les citajours de Syldia

Citations imagées, chroniques de livre...

livre mamy grand
Un clic sur la photo pour accéder au site

04 mai 2005

Je crois dans les petits

   

En réponse à Tzenga, je dis que je ne suis pas une géante; que je suis toute petite, mais que je crois dans les petits, et surtout en eux. Rien de grand dans le monde ne s'est fait sans eux.

Je crois dans la puissance des petits.

Sinon que fais tu des Gandhi, Martin Luther King, Nelson Mandela.....

Je crois qu'on peut apporter un changement...à notre manière, et qu'il faut toujours croire que c'est possible.

Sinon, l'Inde serait encore anglaise, les Noirs  américains des esclaves et L'Afrique du Sud blanche et en plein apartheid.

Je  suis sûre que vous avez des exemples à rajouter. Donnez les moi et je les ajouterai dans cette note. Syl

foto_martin_luther_king_small  gandhi  nelson_mandela

Posté par Syl69 à 10:29 - Espoir - Commentaires [17] - Permalien [#]

Commentaires

  • moi aussi

    Moi aussi je suis petit (je l'admets dans mon histoire de géant)
    Et je crois dans les petits, moi... toi... vous...

    Mais je vous pose cette question essentielle :
    "quelles sont vos limites ?"

    Posté par tzenga, 04 mai 2005 à 10:44
  • Des exemples...

    Tu demande des exemples de "grands" humains, en exemple de ce que peuvent faire les "petits"...

    Les mots sont trompeurs...
    Et je le répète :
    "Quelles sont tes limites ?"

    Posté par tzenga, 04 mai 2005 à 10:48
  • Tzenga

    Il y a des limtes qui sont faites pour être dépassées.
    Pose toi la question : quelles limites avaient Mandela, Gandhi Luther King ? Des hommes, des bareeaux, de la haine ? Des limites imposées par d'autres, des limites sans fondement...mais quelles limites ?
    Ils les ont transcendées, et ils l'ont fait par leur seule volonté ET croyance en l'Homme.

    Posté par syl, 04 mai 2005 à 10:48
  • Réponse

    Avant....ces " devenus grands" on les considérait comme des petits...et encore moins que cela. Alors, la porte est ouverte à tous. Et puis, je pense qu'ils sont restés des humains donc des "petits" et c'est un compliment.

    Mais il y a aussi les petits de l'ombre : Lucie AUBRAC et son mari et tant d'autres qui ont sauvé des vies humaines, quand beaucoup ne bougeaient pas...

    Posté par syl, 04 mai 2005 à 10:52
  • Syl... mon amour...

    ...mon amour de l'instant, car je suis content que cette conversation essentielle existe et puisse être lues par d'autres.
    Je ne te parle pas de Ganghi, Mandela et autres...
    Eux, ils ont dépassés leurs limites.
    Je le répète car tu ne réponds pas à ma question :
    "Quelles sont TES limites ?"

    Posté par tzenga, 04 mai 2005 à 10:52
  • C'est dommage que nos messages se soient intercalés. Mais je crois que tu commence à comprendre ce que je veut te dire...

    Posté par tzenga, 04 mai 2005 à 10:58
  • Mes limites ?

    Mes limites ?
    Elles sont doubles
    1 Celles que je m'impose et celles que je me crée (consciemment et inconsciemment)
    Je suis LIBRE de les dépasser, ces limites en fait sont MA liberté
    J'ai un jour écrit sur un blog que nous étions tous dans une cage, mais à la différence de l'oiseau, nous savons qu'il existe une clé...que cette clé est en nous...A nous de l'utiliser ou pas. Et libre aussi à nous de rentrer et sortir de cette cage...C'est ce que nous faisons tout au long de notre vie.

    2 Les limites que la société nous imposent.
    Il y a celles qui permettent une liberté pour chacun, des barrières peut être mais qui ouvrent à une vie pour tous, une place pour tous.

    Il y a aussi celles qu'on nous impose sans justification du bien être de tous et de chacun, celles que Mandela a dépassé, celles que Luther King a dépassé, celles que Gandhi a dépassé....
    Derrière ? je ne vois que de la bêtise "humaine";
    Ces limites sont la bêtise humaine , d'un ou de plusieurs.
    Celle-là, tu as vu, elles peuvent être dépassées..;avec souffrance parfois, mais elles peuvent être dépassées.

    Je ne sais pas si j'ai répondu à ta question de façon claire, mais j'ai fait de mon mieux.

    Posté par syl, 04 mai 2005 à 11:03
  • Suite

    Oui j'avais compris ce que tu voulais dire et j'espère que mon dernier comm. viendra apporter sa touche finale

    Et puis, tu sais , moi aussi il y a des jours où je voudrais être une géante pour que ça aille plus vite, parce que je suis révoltée...J'ai aussi mes moments de doute, mes moments de sentiment de folle impuissance...Nous sommes humains.

    Mias des échanges comme celui là me fait dire qu'il ne faut JAMAIS baisser les bras.

    Posté par syl, 04 mai 2005 à 11:07
  • Je vais y aller franco...

    Je crois que tu n'ose pas dire ce que tu AS compris.
    Je crois que tu es l'égale de Mandela, Luther King, et Gandhi...
    ....
    ....
    ....
    Et tu n'ose pas le dire de peur de paraître prétentieuse.
    Ou peut être que tu tiens la clef dans ta main et que tu n'ose pas ouvrir cette cage.
    ....
    ....
    ....
    Le silence dit aussi des choses !
    ....
    ....
    ....
    TES limites ?
    ...
    moi je te dis à toi personnellement Syl...
    Cherche les !
    Elles sont comme l'horizon et tu ne les atteindra jamais.
    ...
    pour moi, Toi et Mandela,...
    ...
    C'est PAREIL !!!
    ...
    Il nous manques le regard pour que tu lise dans mes yeux combien je le pense...
    ...
    ...
    Et le Mandela de demain est aujourd'hui petit !
    C'est vrai !!

    Posté par tzenga, 04 mai 2005 à 11:15
  • Oh que non

    ...je suis minsucule, mais je n'en ai pas honte ( quelquefois si, peut être)

    Je ne me sens l'égale de personne car il faut déjà que je sois mon égale à moi, et c'est déjà oeuvre difficile (et sûrement pas très compréhensible), alors de Mandela, de Luther King...

    Je ne dis pas que je n'aimerais pas me retourner un jour sur ma vie et me dire....Toi aussi tu as réusssi quelque chose d'humain.

    Mais je n'ai pas la force, la constance, la résistance à la souffrance qu'ont eu ces hommes-là ni même celle de Lucie Aubrac que j'admire beaucoup.( les résistants de l'ombre je les aime pour ce qu ils nous ont donnés d humanité et tout ça anonymement)
    Je n'ai pas non plus leur charisme, leur détachement de soi nécessaire.

    La clé ? Ma clé ? Oui je l'ai....mais cela ne m'empêche pas d'être souvent DANS la cage, trop souvent même....alors tu vois....
    Je suis loin de Mandela qui derrière de vrais barreaux imposés à su faire tant de chemin.

    Mais je crois quand même que le possible existe en chacun de nous.

    Posté par syl, 04 mai 2005 à 11:32
  • Je savais que tu répondrais cela.
    Je tenais mon coeur dans mes mains...
    Je le caressait tendrement pour lui dire "envole toi"...
    Et ce coeur a compris.

    Mais il a peur.
    =====================================
    La conversation s'arrête là car il faut laisser du temps au temps. Retrouver nos contraintes quotidiennes et la bonne manière d'y faire face. Ne crois pas que moi même je n'en ais pas. Je dois aujourd'hui écrire plusieures lettres et aller à un rendez vous important. Vis ta vie. Et reprenons cette conversation quand tu voudras. Appelons la "conversation Mandela". Je saurais de quoi il s'agit.

    Bien a toi
    Tzenga

    Posté par tzenga, 04 mai 2005 à 11:44
  • merde, j'ai dit "mon coeur" alors que je voulais tire "ton coeur".
    Ce lapsus arrive au plus mauvais moment.

    Pfiuuu les mots... toujours les mots...

    Bien a toi
    Tzenga

    Posté par tzenga, 04 mai 2005 à 11:46
  • Bonjour

    Il y a de l'inspiration dans ce dialogue à deux voix.
    Ca m'évoque un proverbe (boudhiste je crois)
    "Donnes moi la sérénité d'accepter les choses que je ne peux changer, le courage d'agir sur les choses que je peux changer, et la sagesse de distinguer les deux".
    Pour ma part, les limites sont celles que chacun s'impose et que chacun est libre de les dépasser ou pas : par exemple, sil le pilote de l'Enola Gay s'était levé d'humeur plus badîne un matin d'août 1945 cela n'aurait-il pas pu changer une face du monde ?
    Là c'est le sportif qui parle : quelle est votre limite à courir ? 5 Km, 10, 21, un marathon, 50, 100, 245 ? et pourquoi en vous donnez vous pas les moyens de la dépasser ?

    Posté par Jad, 04 mai 2005 à 11:49
  • Réponses à tiroir

    ...ah les lapsus calami...ils en disent des choses que l'on ne veut pas exprimer ! Occupe toi bien de toi...On ne peut être dispo aux autres que si on est dispo à soi-même en premier ...fais taire tes doutes.

    ...Peur ? Non....Mais la vie mise sur papier parait simple...et il n'en est rien. Il y a les limites que l'on s impose et celles qu on nous impose.
    La peur seule ne guide pas ma(nos) vie(s)

    Ah les mots tus, les maux dits!

    Bonne fin de journée, et heureuse de cet échange.

    Posté par syl, 04 mai 2005 à 11:55
  • Jad

    j'aime et essaie de pratiquer ta citation.
    La PNL l'a repris à sa manière...en disant que, quand on se fixe un objectif, il faut qu'il soit :
    1 réalisable
    2 dépendant de soi
    3 limité dans le temps

    Le sportif que tu es devrait s'y retrouver, non ?

    Mais au final, je préfère la version que tu nous a proposée :
    "Donne moi la sérénité d'accepter les choses que je ne peux changer, le courage d'agir sur les choses que je peux changer, et la sagesse de distinguer les deux".

    Posté par syl, 04 mai 2005 à 11:59
  • je ne connais pas la PNL, parce que moi quand je serai grnad je serai pompier !

    Posté par Jad, 04 mai 2005 à 12:04
  • ;-) Jad

    Moi je disais je serais OGUE

    car je voulais être ethnologue, vulcanologue, archéologue, sociologue

    On m'a répondu : c'est pas un métier, choisis autre chose....

    Posté par syl, 04 mai 2005 à 12:28

Poster un commentaire