Les citajours de Syldia

Citations imagées, chroniques de livre...

livre mamy grand
Un clic sur la photo pour accéder au site

03 février 2005

Vive le progrès.

Une société qui invente le jardin zoologique est une société prête pour la télévision. Dès qu'on pense qu'il est intéressant de regarder des animaux hors de leur contexte naturel, il devient pensable de contempler le monde entier depuis son salon.

B.Arcand

          

Et tous ces drôles d'oiseaux de la politique, vaut il mieux les voir sur le petit écran ou dans leur zoo-congrès ? S.

Posté par Syl69 à 12:19 - Citoyen, à nos armes! - Commentaires [5] - Permalien [#]

Commentaires

  • La télévision nous montre les animaux dans leur milieux naturel, il est peut être temps de supprimer les zoos. Pour les derniers, ne pas les voir du tout,les écouter devrait suffire

    Posté par Asterie, 03 février 2005 à 09:16
  • Quelqu'un a écrit au sujet de la TV :
    le progrès de la TV sur la radio, cest qu' en plus d'entendre des parasites, on les voit !!!!
    Quel proçrès, n'est ce pas Astérie !!!

    Syl

    Posté par Syl, 03 février 2005 à 09:35
  • En lisant ton commentaire Astérie, un petit air m'est venu à la tête, celui de la chanson de Bénabar, La zoo de Vincennes :

    Le rhinocéros du zoo de Vincennes
    Sa peau est une écorce qui craquelle, il traîne
    Licorne monstrueuse aux paupières de terre glaise
    Mastodonte de peine sans espoir de remise
    Vieillard, un enclos de béton vieux
    Vieille gloire, un hospice de banlieue
    A l’étroit piégé dans le zoo de Vincennes
    Une baleine noyée dans les eaux de la Seine
    Quel chagrin, quel triste monde
    Où la savane se fane à l’ombre
    De la fausse montagne du zoo de Vincennes
    Dans ce minable safari domestique
    Où même le roi de la jungle abdique
    Loin de la savane et des vastes plaines
    Le lion est un vieux beau à bedaine
    Crinière en calvitie, derrière son grillage
    Il ne tourne même plus comme un lion en cage
    A quoi bon encore jouer les bêtes féroces
    Quand on ne fait même plus peur aux gosses
    Sous la volière des rapaces résignés
    Regardent en l’air sans plus rien espérer
    A côté les simagrées des singes sans gène
    Et un petit train que les enfants dédaignent
    Un couple d’éléphants piétine d’ennui
    Aux défenses d’ivoire inutiles et ternies
    Pour essayer d’atténuer la déprime qui les gagne
    Faudrait un Lexomil gros comme un pain de campagne
    Est-ce que chez eux, les enfants d’Afrique
    Vont visiter des parcs zoologiques
    Pour voir enfermées des bêtes qui viennent de loin
    des chats, des pigeons, des horodateurs ou des chiens
    Le zoo de Vincennes
    Arche de Noé de banlieue parisienne
    Curieuse ménagerie triste et funèbre
    Où les animaux s’emmerdent.

    Tout est dit... N

    Posté par Dia, 03 février 2005 à 09:38
  • Mêle toi de ce qui te regarde !

    La politique, l'action publique, n'est rien d'autre qu'un effort que l'on fait sur soi pour s'intéresser à son voisin et à ses concitoyens.

    Si tu crois que ne pas voter ou mépriser les hommes et les femmes politiques empêchera que les décisions soient prises à ton sujet, tu te trompes lourdement. Tu ne fais que de te priver toi-même des moyens de peser sur ta propre vie.

    Posté par chourka, 03 février 2005 à 10:03
  • Chourka > tu ne comprends donc pas l'humour !

    Et puis précision: politique veut dire "vie dans la ville" donc oui je fais de la politique, je me sens impliqué. Par contre je ne suis pas une groupie et je n'ai pas besoin d'un mentor qui passe à la télé. La politique, la vraie elle se fait sur le terrain , tous les jours, en remontant les manches, pas dans les beaux salons parisiens.
    Oui j'ai des reproches à faire à nos "politiques" de tout bord : une fois parvenus dans les hautes sphères, ils sont tous pareils et font passer leurs ambitions personnelles avant les valeurs qu'ils défendaient quand ils étaient en bas de l'échelle. Moi j'y suis, et j'y reste par choix.

    Syl

    PS: tu as quand même fait de drôles de raccourcis : où lis tu que je ne vote pas, et que je le méprises ? Ne confonds pas humour et méprise; y a un précipice que tu as franchi un peu vite.
    Sans rancune

    Posté par Syl, 03 février 2005 à 10:34

Poster un commentaire